AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Terreur au quartier pavillonnaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Fée

Fée

© Crédit Kit : Dyn
Féminin
Nombre de messages : 380
Age : 29
Pouvoirs : ¤Poussière de fée¤
¤Lévitation¤

Âge du personnage : 112 ans chez les fées, 23 ans d'apparence environ chez les humains
Bourse à PP :
0 / 1000 / 100

Identity :
Date d'inscription : 13/06/2009

Feuille de personnage
Points de vie:
100/100  (100/100)
Capacités:
Points d'expérience:
73/100  (73/100)

MessageSujet: Terreur au quartier pavillonnaire   Ven 19 Juin - 22:16

Le réveil sonna comme presque tous les matins à 5h30. Alicia sortit un bras puis le deuxième de sous la couette avant de se redresser afin de s’étirer. Elle ne mettait jamais très longtemps pour se réveiller même si elle manquait un peu de sommeil car sa nouvelle vie n’était pas de tout repos. Elle avait cependant réussi à acquérir une petite routine grâce à son job. La blondinette s’habilla avec un jean troué aux genoux et endossa le t-shirt de la boite pour qui elle distribuait les journaux, rouge pétant et trois fois trop grand pour elle. Regardant par la fenêtre le soleil qui se levait, elle savait qu’une belle journée allait s’offrir à elle ce qui la fit sourire. En guise de petit déjeuner, elle mangea des œufs qu’elle avait encore une fois fait trop cuire et une tranche de pain de mie avec un verre de lait puis elle se passa un coup d’eau sur le visage, coiffa ses cheveux en queue de cheval haute et enfila ses baskets bon marché. Elle ferma sa porte à clé puis fit un tour aux toilettes qui se trouvaient sur le palier avant de descendre les quatre étages de l’immeuble.

Elle se dirigea vers son agence qui, heureusement pour elle se trouvait à seulement 2 rues de chez elle. Comme à son habitude, elle fut la 1ère livreuse sur place ce qui lui laissait le choix du quartier qu’elle devait livrer, elle pouvait ainsi visiter la ville tout en faisant son boulot. Aujourd’hui elle décida de s’occuper d’un quartier pavillonnaire. Sa patronne nota son heure de pointe et lui surligna le trajet sur son plan de la ville et lui entoura de nouveau en gros l’adresse de l’agence.

« Il te reste un peu de temps, tu ne commence que dans une heure ta tournée sachant que d’ici il faut environ 15 minutes en vélo. »
« Je préfère partir maintenant, je ne voudrais pas arriver en retard »
« Soit de retour ici pour midi »
« Bien madame! »

Sur ce court échange, Alicia se dirigea vers un petit garage où étaient entreposés les vélos des employés avec une énorme pile de journaux. Elle déposa son tas contre un mur, détacha son vélo et le dégagea des autres. Elle se dirigea vers la sortie, grimpa sur la selle et mit ses deux pieds sur les pédales. Elle resta stable dessus 7 secondes avant que le guidon se mette a trembler et elle tomba nonchalamment sur le coté. Tant pis, aujourd’hui aussi elle allait devoir marcher à coté de ce satané engin qui ne voulait pas d’elle sur son dos et qui lui donnait des bleus, le seul réconfort était qu’elle avait réussi à tenir plus longtemps qu’il y a une semaine. Elle releva le vélo, déposa les journaux dans le panier accroché au guidon, ouvrit la porte et partit.

La blonde se perdit 2 fois et dût demander 3 fois le chemin du quartier avant d’arriver à destination. Une fois dans la bonne rue, le trajet décrit par sa patronne était très simple. Elle commença sa tournée, saluant tous les passants qu’elle croisait, caressant les chats qui ne s’enfuyaient pas quand ils la voyaient. C’était un quartier très calme, les maisons se différenciaient les unes des autres par leurs formes, leurs tailles ou leurs jardins où la pelouse était tondue au millimètre près. Alicia ne pouvait s’empêcher de s’arrêter pour sentir les roses qui dépassaient des barrières et de cueillir des pissenlits pour souffler dessus.

Tout c’était déroulé pour le mieux à part les 10 minutes de retard quand Alicia arriva dans la dernière rue à livrer. Se rendant compte de l’heure, celle-ci accéléra le mouvement et balança par mégarde un des journaux sur la tête d’un rottweiler qui dormait paisiblement sur une pelouse. N’appréciant pas ce réveil, il se leva brusquement et couru en aboyant, babines retroussées, vers la jeune fille, qui prise de panique, lâcha son vélo et courut se réfugier en haut du 1er arbre qui se trouvait sur son chemin. Le chien ne voulant guère lâcher sa nouvelle proie resta sous l’arbre en continuant d’aboyer de plus belle. Affolée, Alicia héla le 1er passant qu’elle vit.

« Au secours! S’il vous plait, aidez moi! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PNJ

PNJ

Nombre de messages : 196
Bourse à PP :
0 / 1000 / 100

Date d'inscription : 06/06/2008


MessageSujet: Re: Terreur au quartier pavillonnaire   Lun 22 Juin - 23:23



Randy Donovan donna comme tous les matins un énorme coup de poing sur son radio réveil pour le faire taire. Chaque fois il s’étonnait de voir que l’appareil résistait, d’accord il n’était pas une grosse brute mais il ne frappait pas non plus comme une fillette. Ray se retourna pour mettre la tête sous son oreiller car n’ayant pas fermé ses volets le soleil pénétrait librement dan s sa chambre. Dire qu’il n’était que 6 heure et qu’il était déjà debout, enfin réveillé puisqu’au final il n’avait pas vraiment envi de mettre le nez dehors. Une sensation humide et froide lui atteignit le pouce, sortant la tête de sa cachette il trouva Feather, sa chatte, en train de le lécher, le jeune homme se dit qu’il y avait une quelconque force du destin qui l’obligeait à se lever. Son réveil avait décidé de marche normalement au lieu de tomber bizarrement en panne, puis son sac à puces lui réclamait ses croquettes au lieu de venir simplement lui ronronner dans l’oreille. Puisque l’univers lui en voulait Randy décida de se lever. Repoussant son drap il chercha son caleçon par terre avant de l’enfiler, puis il sortit de sa chambre pour descendre au rez-de-chaussée, sa bestiole sur ses talons.

Du haut de ses 25 ans, le jeune homme possédait déjà sa propre maison dans le quartier résidentiel le plus cher de San Francisco. En fait ce n’était pas directement sa maison mais celle de ses parents qui avaient décidé de s’offrir un tour du monde pour leur retraite. Il ne s’en plaignait pas, son métier de mécano lui payait les factures et il étant spécialisé dans un certains type de voiture il pouvait même se permettre des folies. Son escalier arrivait directement dans la cuisine, la porte qui menait à l’extérieur était ouverte, secouant la tête Randy la referma et se chargea de remplir la gamelle de Feather avant de mettre en marche la machine à café. Son regard tomba sur l’éphéméride dont il arracha la page pour le mettre à la date du jour avant de pousser un juron.

« C’est pas possible ! T’y crois ma fille je me suis lever pour rien ! »

Dit-elle en s’adressant à la chatte qui était trop occupée à se régaler pour lui prêter une quelconque attention. Le blond venait de se rendre compte qu’il avait fait sonner son réveil pour son jour de congé et maintenant complètement conscient il ne retrouverait jamais le sommeil. Résigné il se versa son café et alla se planté devant la télé. Evidement à cette heure-ci il n’y avait rien à part la rediffusion d’un célère soap opéra à propos d’une famille de stylistes.

Randy posait sa tasse sur la table du salon quand il entendit des aboiements au dehors. Curieux il se leva pour aller voir à la fenêtre ce qu’il se passait. Juste devant chez lui il vit une jeune femme courir poursuivit pas un chien et pas n’importe lequel, le siens. Réagissant au quart de tour, le jeune homme trouva dans son couloir d’entré un jean qui trainait, car il n’était pas vraiment un pro du rangement, et l’enfila aussi vite que possible sans trébucher. En même temps il ouvrit la porte de son pavillon et couru après la demoiselle en détresse qui avait trouvé refuge dans un arbre. Ralentissant l’allure en arrivant à leur hauteur, il se fit la remarque intérieur qu’il aurait pu penser à mettre des chaussures mais bon. La pauvre petite blonde lui demandait de l’aide, vu qu’il était en partie responsable pour avoir laissé son chien dehors c’était le moins qu’il pouvait faire.

« Chester ! »

Dit-il en attrapant le rottweiler par le collier. Celui-ci cessa immédiatement de faire le malin et se coucher au pied de son maitre. Randy lui fit les gros yeux et reporta son attention sur la jeune femme qui semblait toujours terrorisée.

« Je suis désolé, il n’est pas méchant, juste pas du matin… »

Comme elle ne semblait pas vraiment encline à le croire avec sa bête féroce toujours dans les parages Ray renvoya son animal sur sa pelouse avec un léger coup de pied dans le derrière. Puis il tendit une main vers elle.

« Laissez-moi vous aider »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fée

Fée

© Crédit Kit : Dyn
Féminin
Nombre de messages : 380
Age : 29
Pouvoirs : ¤Poussière de fée¤
¤Lévitation¤

Âge du personnage : 112 ans chez les fées, 23 ans d'apparence environ chez les humains
Bourse à PP :
0 / 1000 / 100

Identity :
Date d'inscription : 13/06/2009

Feuille de personnage
Points de vie:
100/100  (100/100)
Capacités:
Points d'expérience:
73/100  (73/100)

MessageSujet: Re: Terreur au quartier pavillonnaire   Dim 28 Juin - 19:31

Du haut de son arbre, Alicia vit le passant qu’elle avait hélé courir vers l’énorme chien, crier ce qui devait être son nom avant de le renvoyer à l’autre bout du jardin et tendre la main dans sa direction.

« Ne soyez pas trop dur avec lui, ce n’est pas entièrement de sa faute. . . »

Dit elle avant de remarquer l’étrange accoutrement de son sauveur: pas de chaussure ni de t-shirt. C’était la 1ère fois qu’elle rencontrait un humain habillé de cette façon. Elle le dévisagea un instant avec une tête soupçonneuse avant de monter un peu plus haut dans l’arbre. Elle avait lu dans un livre sur les humains que ce genre de personnes, en ville, pouvaient s’appeler des pervers et qu’il ne valait mieux pas s’en approcher.

La blonde vit soudain le chien revenir vers eux ce qui la fit grimper encore plus haut jusqu’à ce qu’une branche craque sous son pied, manquant de peu de la faire tomber. Cette fois ci elle était vraiment coincée. Elle ne voulait pas avoir affaire à cet homme douteux et son animal enragé et si elle tombait, son pouvoir de lévitation allait se déclencher sous les yeux de cet humain. Elle en avait déjà fait l’expérience en tombant du haut d’un tabouret chez elle.

Prise de panique, la blonde s’agrippa plus fort au tronc, agrandissant les trous de son jean. Il fallait cependant qu’elle s’en sorte toute seule et qu’elle se montre forte face à ce genre de situations qui étaient fréquentes dans sa nouvelle vie. Elle réalisa soudain qu’elle prenait du retard sur son travail. Il fallait qu’elle fasse quelque chose pour les éloigner d’elle assez longtemps afin de lui permettre de redescendre, courir vers son vélo et s’en aller le plus vite possible.

« Gentil le chien, je te promets de ne plus te balancer le journal sur la tête. Tu peux retourner faire dodo. . . Non non n’approche pas ! ! !
S‘il vous plait monsieur, vous pouvez faire rentrer votre chien dans votre maison? Ne vous en faites pas je peux me débrouiller toute seule pour redescendre.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PNJ

PNJ

Nombre de messages : 196
Bourse à PP :
0 / 1000 / 100

Date d'inscription : 06/06/2008


MessageSujet: Re: Terreur au quartier pavillonnaire   Jeu 2 Juil - 18:51



Randy sourit à la réflexion de la jeune femme, elle était terrorisée et perchée en haut d’un arbre et s’inquiétait plus qu’il ne gronde pas son chien plutôt que de descendre, c’était touchant. Mais il voulait tout de même qu’elle retrouve la terre ferme, le voisin à qui appartenait l’arbre n’était pas le plus aimable du quartier. Le pire fut qu’elle continua son ascension, il serait vraiment dur de la délogée de là mais Ray ne pouvait pas partir et retourner à sa série débile, s’il avait fermé sa porte son chien n’aurait pas pourchassé cette jeune femme. Cependant il n’allait pas la rejoindre dans l’arbre, sans chaussure il se ferait très mal et on finirait par découvrir qu’il avait légèrement beaucoup le vertige. Chester en trouble fête confirmé revint se frotter aux mollets de son maitre adoré et un crac attira leur attention à tous les deux. Une branche venait de céder sous le poids de la demoiselle ce qui fit que le mécano s’approcha un peu plus du tronc.

« Vous êtes vraiment sur que vous ne voulez pas descendre ?! »


Demanda-t-il doucement. Visiblement elle ne l’écoutait pas et répondit en s’adressant à son chien qui avait posé ses deux énormes pattes avant sur le tronc et remuait la queue, apparemment très content de plaire autant à ce qui semblait être la livreuse de journal. Randy comprit cela lorsqu’elle promit à Chester de ne plus le frapper à coup de journaux forcément en chien de garde et très bien dressé, il n’avait pu que lui courir après. Le blond secoua la tête et ne put qu’obéir à la requête de la jeune femme prisonnière du pommier.

« Je rentre le fauve et je vous rapporte une échelle, ne bougez pas ! »


Il ne tenait pas à ce qu’elle se carapate dès qu’il aurait tourné le dos. Son pantalon était troué en divers endroit et si elle était blessée, il voulait au moins pouvoir la désinfectée. Ainsi prenant le collier de l’animal, Randy le ramena jusqu’à la maison où il en profita pour mettre un t-shirt qu’il jugea presque propre à l’odeur puis une paire de converse pour faire une meilleure seconde impression à la jolie blonde que la première puis il revint auprès d’elle avec son échelle. Habillement il la positionna contre l’arbre et le plus près possible de la livreuse.

« Faites attention. »


Lui dit-il gentiment alors qu’il posait son pied sur le premier barreau et posait ses mains de chaque côté pour bien stabiliser l’objet.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fée

Fée

© Crédit Kit : Dyn
Féminin
Nombre de messages : 380
Age : 29
Pouvoirs : ¤Poussière de fée¤
¤Lévitation¤

Âge du personnage : 112 ans chez les fées, 23 ans d'apparence environ chez les humains
Bourse à PP :
0 / 1000 / 100

Identity :
Date d'inscription : 13/06/2009

Feuille de personnage
Points de vie:
100/100  (100/100)
Capacités:
Points d'expérience:
73/100  (73/100)

MessageSujet: Re: Terreur au quartier pavillonnaire   Mar 7 Juil - 0:49

Acceptant sa requête, Alicia vit le jeune homme ramener le molosse en le tenant par le collier dans la maison qui devait être visiblement la sienne. Elle attendit qu’il ait disparu de son champ de vision pour commencer à descendre de l’arbre. Elle chercha du bout du pied la branche la plus proche en dessous d’elle, s‘écorchant le genou et le bras au passage. Lorsqu’elle l’atteignit, elle commença par prendre appui dessus jusqu’à ce qu’elle entende un craquement dangereux. Elle se ravisa, chercha une autre branche mais aucune n’était à sa portée. Elle soupira et repris sa position initiale se résignant à accepter l‘aide que lui offrait cet humain. Décidément cet arbre n’était pas solide, c’était d’ailleurs un miracle qu’elle ait réussi à grimper aussi haut.

Oubliant quelques secondes sa situation, la blonde admira la vue du quartier si paisible et qui pourtant cachait bien des dangers comme cet animal susceptible par exemple et son maître suspect, ou bien même les humains qui ne regardent pas où ils dirigent leur tuyau d’arrosage sans parler de ceux qui trucident les arbustes ou les fleurs à coups de grands ciseaux. Pire encore, ils y avaient ceux qui manquaient de l’écraser avec leurs voitures, ceux qui la bousculaient ou l’engueulaient parce qu’elle prenait trop de place avec son vélo, ceux qui râlaient pour plus d’une minute de retard, ou encore ceux qui lui proposaient avec un air louche de venir prendre un verre. De plus, elle se mettait parfois dans des situations où ses pouvoirs étaient à deux doigts de se déclencher. La vie humaine n’était pas facile mais elle s’accrochait. Après tout, les humains arrivaient à la supporter alors pourquoi pas elle.

Elle fut sortie de sa pensée par la vue du blond qui revenait avec ce qu’il appelait une échelle. Cette fois, il avait revêtu un t-shirt et une paire de chaussures. Il ressemblait d’avantage à un humain normal habillé comme ça. C’était peut être un gentil pervers après tout il l’aidait à se sortir de cette drôle de situation, mais valait mieux rester sur ses gardes. Il positionna l’échelle à sa hauteur avant de mettre ses mains de chaque côté et un pied sur le premier barreau.

Le regardant avec méfiance, Alicia s’extirpa lentement de sa planque, mit un premier pied sur l’échelle puis le deuxième, les mains toujours agrippées au tronc. Elle descendit un pied d’un cran et mis une main sur l’échelle et répéta la main d‘œuvre à plusieurs reprises. Il ne lui restait plus beaucoup de barreaux à descendre pour atteindre la terre ferme lorsqu’en voulant mettre un pied à côté de l‘autre, elle manqua sa cible, perdit l’équilibre et tomba droit en direction du jeune homme. Elle ferma les yeux et pria de toutes ses forces pour que son pouvoir ne se déclenche pas. Alors qu’elle s’attendait à atteindre le sol brutalement, elle se sentit rattrapée par quelque chose. Elle ouvrit un œil puis le deuxième et s’aperçut qu’elle se trouvait dans les bras du jeune homme qu’elle regarda avec de grands yeux. Par chance, elle n’avait pas volé car l’humain avait stoppé sa chute rapidement. Elle avait également eu de la chance qu’il ne se pousse pas pour la laisser tomber par terre comme une vieille chaussette. Toujours en le fixant, elle réussit à articuler d‘une toute petite voix:

« Merci »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PNJ

PNJ

Nombre de messages : 196
Bourse à PP :
0 / 1000 / 100

Date d'inscription : 06/06/2008


MessageSujet: Re: Terreur au quartier pavillonnaire   Sam 11 Juil - 13:10



Randy crut qu’il allait mourir sur place comme la jeune femme ne descendait toujours pas malgré son échelle. Lui faisait-il peur ? Cela serait bien la première fois, le blond avait une carrure normale et n’était pas plus grand que la moyenne, de fait il n’était pas très impressionnant à moi d’avoir une clé anglaise à la main et les muscles saillant car il venait de travailler sur un moteur. Donc là au réveil, la tête dans le cul et débraillé il ne pouvait tout de même pas la terrorisé à ce point là. Finalement la livreuse se décida à mettre un pied sur le premier barreau de l’échelle et se mit à descendre comme le font les enfants dans les escaliers, une marche par une marche au lieu du croisement de jambes habituel des adultes. Cette fille sortait vraiment de l’ordinaire, c’est mignon. Ray avait l’impression de regarder une petite fille évoluer plutôt qu’une femme.

Plongé dans ses pensées il ne remarqua pas tout de suite que la blonde avait perdu l’équilibre et ne le sentit qu’au tremblement de l’échelle et une minute plus tard elle lui tombait littéralement dans les bras. Affalé sur le sol avec la jeune femme dans les bras Randy se frotta la tête où il s’était cogné et offrit à sourire à la jeune femme lorsqu’elle le remercia. Il n’y avait pas de quoi puisqu’il avait plus subi les choses qu’agit réellement mais il est évidement qu’en âme chevaleresque il aurait tenté quelque chose.

« Aller c’est rien ! »


Dit-il en lui attrapant les jambes en dessous des genoux puis il passa son bras autour de ses épaules et aussi habilement qu’il le put il se releva avec elle dans les bras. Avec étonnement elle ne se débattit pas et Ray put l’emmener jusque chez lui. Par chance Chester était occupé dans le jardin et réapparaitrait donc dans l’allée de devant et Feather vint se frotter à ses jambes. Dans son élan le mécanicien ne s’arrêta qu’une fois dans la salle de bain du bas puis déposa la blonde au sol.

« On va soigner ça. »


Dit-il en désignant les divers endroits où le pantalon de la belle était déchiré. Randy ouvrit le placard caché derrière le miroir au dessus du lavabo et en sortie du coton et du désinfectant. Il alla ensuite s’agenouillé près d’elle et se mit à jouer au docteur.

« Attention, ça risque de piquer. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fée

Fée

© Crédit Kit : Dyn
Féminin
Nombre de messages : 380
Age : 29
Pouvoirs : ¤Poussière de fée¤
¤Lévitation¤

Âge du personnage : 112 ans chez les fées, 23 ans d'apparence environ chez les humains
Bourse à PP :
0 / 1000 / 100

Identity :
Date d'inscription : 13/06/2009

Feuille de personnage
Points de vie:
100/100  (100/100)
Capacités:
Points d'expérience:
73/100  (73/100)

MessageSujet: Re: Terreur au quartier pavillonnaire   Lun 13 Juil - 22:56

Le blond répondit à son remerciement par un grand sourire avant d’ajouter.

« Aller c’est rien ! »


Alicia n’eut pas le temps de rétorquer que le jeune homme l’avait déjà soulevée et se dirigeait vers la maison. Par réflexe, elle s’accrocha a son cou pour ne pas tomber, estimant qu'elle était déjà assez tombé pour la journée. Elle ne put s’empêcher de penser qu’il devait être sacrément fort pour pouvoir la porter comme si de rien n’était. Elle profita pour jeter un coup d’œil à gauche et à droite pour voir si la bête féroce était loin d’elle. L’apercevant à l’autre bout du jardin occupé à gratter dans la terre, elle laissa échapper un petit soupir de soulagement.
Lorsqu’ils rentrèrent dans la maison, la blonde observa un maximum ce qui se trouvait autour d’elle car c'était la première fois qu'elle rentrait dans l'habitation d'un humain. C’était beaucoup plus spacieux que sa chambre de bonne, et plutôt bien rangé malgré les quelques vêtements qui jonchaient le sol un peu partout. Elle aperçut sur un meuble des photos encadrées qui représentaient le jeune entouré de ce qui devait être sa famille. Alicia songea à la sienne. Ses parents lui manquaient et elle se demandait s’ils lui pardonneraient un jour d’avoir enfreint les lois de leur monde. Elle ne savait même pas quelles avaient été leurs réactions à la découverte de son escapade. Etaient ils inquiets ou bien l’avaient ils renié? Peut être un peu des deux.
Elle n’avait pas remarqué qu’ils étaient arrivés dans la salle de bain quand le blond la posa doucement sur le sol, ce qui la tira de ses pensées. Il lui dit en désignant son pantalon troué.

« On va soigner ça. »


La blonde le regarda avec des grands yeux ouvrir un placard, en sortir du coton et une bouteille contenant un liquide qui sentait fort lorsqu’il retira le bouchon. Il s’agenouilla devant elle et, prenant un air sérieux, il appliqua un coton imbibé d’alcool sur le genoux de la jeune femme. Le premier réflexe d’Alicia aurait été de mettre ses mains sur sa blessure mais les voyant pleines de terre et de sève, elle arrêta son geste et se contenta de tourner la tête vers la porte de la pièce pour éviter de montrer à l’humain la grimace qui s’était dessinée sur sa bouche. Elle se dit intérieurement que c’était rien comparé aux blessures qu’elle aurait pu se faire s’il ne l’avait pas rattrapée. Elle prit une grande inspiration lorsqu’elle sentit le coton toucher une autre plaie.
C’est alors qu’elle remarqua un autre résident de la maison à quatre pattes, beaucoup plus petit et moins impressionnant que le premier.

« Oh vous avez aussi un chat! Minou minou minou ! ! »
Dit elle en tendant le bras vers le matou qui vint la renifler avant de se frotter à son doigt.

« Je crois que celui la m’aime plus que l’autre. »
Ajouta -t’-elle en souriant. Puis elle se tourna vers son soigneur.

« Je crois que vous êtes la personne la plus gentille que j’ai rencontré depuis que je suis arrivée ici. Après tout c’est de ma faute si votre monstr. . . Euh votre chien m’a couru après, j‘aurais du faire plus attention en lançant le journal. »

Elle baissa la tête quelques instants puis la releva vers le jeune humain.

« Pardonnez ma curiosité mais ça vous arrive souvent de vous balader avec presque rien comme habits? Est-ce que c’est une habitude de ce quartier? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PNJ

PNJ

Nombre de messages : 196
Bourse à PP :
0 / 1000 / 100

Date d'inscription : 06/06/2008


MessageSujet: Re: Terreur au quartier pavillonnaire   Lun 20 Juil - 19:38



Randy appliqua soigneusement le coton sur la plaie que la blonde avait au genou, il ne dit rien en attendant son petit bruit lorsque le produit entra en contacte avec sa chair à vif même si cela le fit rire. Elle ressemblait de plus une plus à une petite fille et ce ne fut pas mieux lorsqu’elle s’extasia devant sa chatte qui bien évidement en digne curieuse était venue voir de quoi il retournait. Un petit snif et Feather était adopter par la livreuse de journaux qui oublia soudain sa doleur ce qui permit au mécano de finir rapidement et de planter un magnifique pansement vert flash avec des marguerites dessus. Les conséquences d’être équipée pour soigné sa petite nièce. Ray se leva pour tout ranger et attrapa sa boule de poil toute blanche pour lui faire un bisou sur la truffe et la poser sur le rebord de la fenêtre pour qu’elle fasse sa concierge.

« Feather aime toute les personnes susceptible de lui remplir sa gamelle ! »


Fit-il en rigolant. Cependant la surprise s’empara de lui lorsque la jeune femme le remercia et le complimenta. Le blond n’en avait pas vraiment l’habitude et encore moins lorsqu’il était en partit responsable. Bien sur qu’en laissant son colosse de chien en liberté tout le temps il risquait que celui-ci finisse par s’en prendre à quelqu’un mais il n’arrivait pas à le voir en bête féroce ni à fermer ses portes d’ailleurs. Mais ses yeux s’écarquillèrent encore plus lorsqu’elle lui posa une question des plus embarrassantes. D’accord Randy n’était pas un garçon très pudique mais ce le faire remarquer était tout de même vexant et puis d’où venait cette bizarrerie d’un truc de quartier. Il passa la main dans ses cheveux coupés ras et se gratta l’arrière de la tête.

« Euh…pour mes voisins j’en sais rien mais moi…enfin en générale tant que j’ai pas pris ma douche je suis pas forcément très vêtu. »


Puis mettant les deux mains en avant dans un signe de défense.

« Mais je sors pas comme ça d’habitude !! Je suis pas un pervers ou un exhibitionniste…là c’était exceptionnelle, pour vous aidez hein ! »


S’excuser ainsi le rendait encore plus suspect mais Ray ne souhaitait pas qu’elle aille raconter tout ça au reste du quartier qu’on le regarde de travers ensuite. Il y avait déjà eut une rumeur comme quoi il avait tué ses parents pour avoir la maison il manquerait plus qu’on le traite de détraquer sexuel pour qu’il soit obliger de faire ses valises. Amorçant une sortie de la salle de bain pour qu’ils ne restent pas là toute la matinée, Randy fit signe à la jeune femme de la suivre et Feather suivit le mouvement en ondulant de la queue jusqu’à, ce qu’il devinait, sa gamelle.

« Ça va aller, ou vous avez besoin d’un verre d’eau quelque chose ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fée

Fée

© Crédit Kit : Dyn
Féminin
Nombre de messages : 380
Age : 29
Pouvoirs : ¤Poussière de fée¤
¤Lévitation¤

Âge du personnage : 112 ans chez les fées, 23 ans d'apparence environ chez les humains
Bourse à PP :
0 / 1000 / 100

Identity :
Date d'inscription : 13/06/2009

Feuille de personnage
Points de vie:
100/100  (100/100)
Capacités:
Points d'expérience:
73/100  (73/100)

MessageSujet: Re: Terreur au quartier pavillonnaire   Dim 30 Aoû - 20:46

Voyant la surprise de son interlocuteur et ce qu‘il lui répondit, Alicia sut qu’elle s’était trompée et qu’en plus elle avait fait une boulette en posant sa question.

« Je suis désolée, je ne voulais pas vous offenser. Je viens d’arriver en ville et on m’a dit de me méfier et de rester sur mes gardes. . . »

Elle s’interrompit toute génée, sentant qu’elle s’enfonçait d’avantage avec ses excuses. Décidément elle les enchaînait aujourd’hui. En guise de réponse, le jeune homme l’invita à le suivre jusqu’à la cuisine, le chat se faufilant entre ses jambes pour aller se planter devant son écuelle. L’humain lui demanda si elle avait besoin d’autre chose comme un verre d’eau. La blonde était partie pour refuser mais elle se rendit compte que toute cette escapade l’avait assoiffée.

« Je ne voudrais pas abuser mais je ne dis pas non à un verre d’eau, s’il vous plait. »

Elle se baissa pour caresser la boule de poils qui se mit à ronronner de plus belle puis elle se redressa pour prendre le verre d’eau que lui tendait le jeune homme. Elle le remercia et savoura ses premières gorgées. Il s’en passait des choses dans sa nouvelle vie, pas forcément celles à quoi elle s’attendait mais pour l’instant c’était pas si mal. Chaque jour était différent du précédant et elle allait de découverte en découverte. Rien qu’aujourd’hui, elle a pu voir une habitation humaine différente de la sienne et rencontrer quelqu’un de gentil malgré le colosse qu’il abritait dans son jardin et une fausse interprétation.

Alicia fut tiré de ses pensées par un son inhabituel. Elle chercha tout d’abord sa provenance puis s’aperçut qu’il s’agissait d’une pendule accrochée à un mur de la cuisine. Elle s’approcha afin de mieux observer les décorations tout en continuant à boire, s’attardant sur l’aiguille qui ne tenait pas en place. Soudain, elle réalisa qui ne lui restait moins d’une heure pour finir le tour du quartier et retourner à l’agence. Elle finit son verre d’un trait, manquant de s’étouffer au passage puis tendit le verre au blond.

« Je suis désolée mais je dois y aller, je suis en retard. Merci pour tout ce que vous avez fait et promis la prochaine fois que je passe dans ce quartier je ferais plus attention à votre chien. Au revoir minou! »

La blonde traversa la maison en courant, se cognant contre quelques meubles puis arriva dans le jardin où le molosse se prélassait de nouveau au soleil. Elle le contourna du mieux qu’elle put pour éviter qu’il ne lui coure une nouvelle fois après et arriva dans la rue. Elle chercha son vélo du regard qui par miracle n’avait pas bougé de place depuis qu’elle l’avait lâché. Elle le redressa et remis les journaux dans la panière avant. Elle regarda vers la maison qu’elle venait de quitter et adressa un dernier signe de main à son sauveur du jour avant d’empoigner son guidon et de se mettre a trottiner à côté de son vélo pour finir sa livraison de la matinée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PNJ

PNJ

Nombre de messages : 196
Bourse à PP :
0 / 1000 / 100

Date d'inscription : 06/06/2008


MessageSujet: Re: Terreur au quartier pavillonnaire   Lun 31 Aoû - 18:51



Randy fut soulagé que la blonde ne repasse pas sur le sujet de sa nudité, vraiment pour le coup il s’était tapé une honte d’enfer et il s’en était fallu de peu qu’il ne rougisse. Enfin elle accepta le verre d’eau qu’il lui proposait, les émotions forte ça donne toujours soif pensait-il en sortant un verre du placard puis il allait le remplir avec la fonction automatique dans la porte de son frigo, il ne mit pas de glaçon car l’eau qui sortait de l’appareil était déjà bien fraiche et s’il fallait qu’elle reparte sous la chaleur estivale mieux valait quelque chose d’un peu tiède. Avec délicatesse et une certaine tenue Ray tendit la boisson à la jeune livreuse en essayant de ne pas avoir l’air trop familier pour ne pas risquer une autre attaque sur sa perversité. D’accord elle était très jolie mais le mécano n’était pas en chien et avait plus de classe que ça en général.

« Voilà »


Visiblement elle avait un feeling avec les chats mais pas vraiment avec la gente canine, chacun son truc dira-t-on. Soudain l’horloge de grand-père du salon sonna la demi d’une heure dont le blonde n’avait aucune idée puisqu’il avait tendance à perdre la notion du temps, sino il n’aurait jamais été debout pour son jour de repos. La livreuse de journaux sembla intriguée par l’objet d’antiquité du moins c’est ce que cru Ray dans un premier temps avant de se demander si vu sa réaction c’était la première fois qu’elle entendait le son d’une pendule grand siècle pour finalement s’apercevoir que c’était plutôt l’heure qui l’intriguait. Avec une grande exclamation elle lui expliqua qu’elle était en retard pour finir sa tournée. Et oui certain travaillaient. Posant le vers elle prit le chemin de la sortie en s’excusant et elle précisa tout de même qu’elle ferait plus attention à Chester. Mais comme elle continua de se blesser Randy se mit à lui courir après et surtout il voulait s’assurer que son chien n’agresserait plus la jeune femme mais celle-ci détala avant qu’il ne puisse faire quoi que ce soit et lorsqu’il arriva sur sa pelouse il la vit au loin courir près de son vélo. Chester la regardait tout aussi perplexe et couina sur son maitre.

« Oui je sais, elle est bizarre… »


Sur ces sages paroles il attendit tout de même que la blonde disparaisse de son champ de vision pour retourner à l’intérieur de sa maison où il entreprit de ne faire absolument rien de sa journée.


[Terminé]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Terreur au quartier pavillonnaire   

Revenir en haut Aller en bas
 

Terreur au quartier pavillonnaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Charmed's Chaos :: • L e . R o l e - P l a y • :: • San Francisco & Alentours • :: • Le Centre Ville • :: • Les Habitations •-